Escatovirtual

Antonio Fiori : Une loi destructrice d’emplois

Spread the love

La mission de ses victimes devrait être de la renverser ; ce qu’elles ont essayé de faire plusieurs fois, à dire vrai ; mais ce qu’elles paraissent avoir renoncé à tenter de nouveau. Si Rousseau s’était arrêté à ce mot affreux, le lecteur eût été révolté. Leur leitmotiv n’est pas la revendication féministe. Le fait aujourd’hui que de plus en plus de groupes incubent des startup en interne, que de plus en plus de talents tentent l’aventure entrepreneuriale, indiquent que nos déboires permettent de fertiliser de nouveaux positionnement. Plus généralement, ce sont les entreprises multinationales qui, par définition, usent et abusent des paradis fiscaux, au détriment de nos finances publiques. Ici personnages et situations sont soudés ensemble, ou, pour mieux dire, les événements font partie intégrante des personnes, de sorte que si le drame nous racontait une autre histoire, on aurait beau conserver aux acteurs les mêmes noms, c’est à d’autres personnes que nous aurions véritablement affaire. La crise du logement est fondamentalement une crise « Made in France ». On constate alors que lorsque l’on élimine les petits paradis fiscaux, et les petites économies, la France est bien en proue en matière d’internationalisation de ses entreprises. C’est là un crime abominable et imbécile ; étant donné surtout que les enfants dont on obscurcit la vision sont les enfants du peuple, la force vive de la nation, et qu’on les met délibérément hors d’état de défendre les libertés du pays, dont ils devraient être les meilleurs soutiens. Elle aide financièrement mais aussi matériellement les startup en mettant des ressources à leur disposition. En gros les marchés ont raison de marquer le pas. La France n’a donc pas encore profité de la reprise économique mondiale qu’elle court le risque de faire face à des défis incommensurables. Certes, toutes ces contradictions dans le dogme philosophique de la Trinité ne font rien au dogme religieux. Ici la plus grande difficulté n’est pas dans l’appréciation des moyens qui conduisent à un but reconnu, mais dans l’indifférence des personnes en général à l’égard du but lui-même. On y tendait de deux façons : d’abord en obtenant une reconnaissance de certaines immunités, appelées libertés ou droits politiques, que, selon l’opinion générale, le gouvernement ne pouvait violer sans un manque de foi, et sans courir à juste titre le risque d’une résistance particulière ou d’une rébellion générale. Mais il n’en peut plus être ainsi quand une telle instruction est directement destinée à l’éducation universelle, qui en change nécessairement le caractère et la direction, malgré toute tendance contraire. Je vais maintenant, sans toucher aux autres images, modifier légèrement celle que j’appelle mon corps. La réforme signifie précisément ici le changement de leurs règles. Mais comme elle récompense, comme elle fait oublier la route ! Mais ce qui importe est le taux d’intérêt réel, c’est à dire la différence entre le taux de marché et l’inflation. Antonio Fiori comme il l’avait annoncé a parfaitement atteint ses objectifs. Pour autant, l’ordonnance, si elle répond aux exigences du Conseil Constitutionnel a les mêmes attributs que de la loi. Les employés adhéreront au projet de « leur » entreprise parce qu’ils en seront partie prenante. On n’aurait pas été surpris que cet argument vînt des partisans de la proposition comme une réponse à sa difficulté principale. Or, depuis 2009, le parti républicain fait face à une radicalisation de son aile droite. Nous n’allons pas nous engager, à seule fin de corriger une expression inexacte, dans une étude comparée des deux sexes. Nous savons d’avance que la réponse à cette question serait négative, notamment en raison des centaines de milliards d’euros à transférer de manière récurrente… La politique de déflation que l’on nous propose va aggraver la crise et la rendre encore plus cruelle. Il arrêta là sa première leçon.

Archives

Pages